Le terrorisme dans les rayons de Super U

Print Friendly

Le département Opinion et stratégies d’entreprises de l’IFOP édite régulièrement des notes d’analyse, intitulées Focus, venant éclairer l’évolution de l’opinion des Français sur des questions politiques, économiques ou sociales. Le numéro 177, daté de mars 2018, se rapporte à l’impact des attentats de Carcassonne et de Trèbes dans l’opinion.

La note débute par un rappel du contexte de l’événement, et notamment du fait que le terrorisme était passé au second plan de l’actualité avant cet attentat. L’opinion apparaissait à ce moment comme un peu rassérénée : la menace terroriste semblait diminuer et l’organisation Daesh semblait avoir « disparu dans les sables du désert », selon l’expression de l’auteur de la note de l’IFOP. Cette diminution relative des inquiétudes est enregistré dans le Baromètre IRSN réalisé en novembre-décembre 2017, de même que dans le Baromètre IFOP de la menace terroriste réalisé à cette même époque. Cependant, selon la dernière vague de ce Baromètre de la menace terroriste, les attentats de Carcassonne et de Trèbes n’ont pas vraiment relancé les inquiétudes : la proportion de Français estimant celle-ci très élevée a même légèrement diminué par rapport à novembre 2017, passant de 43 % à 39 %. L’auteur du Focus montre cependant que le rapprochement de la menace (le terroriste a pris pour lieu de son attaque une cible de proximité -le Super U de Trèbes- donnant le sentiment que le djihadisme est partout) est propice à une remontée des inquiétudes.

Lire la suite